Acte de mariage d'Hippolyte de SURIREY et Marie Thérèse de WACQUANT

Extrait du registre des actes de l'Etat-civil de la commune du CHESNE



L'an mil-huit-cent-vingt, le vingt du mois de juillet, pardevans nous, Joseph Destez, maire, officier de l'Etat-civil de la commune du Chesne, arrondissement de Vouziers, Département des Ardennes, sont comparus:
M. Hippolyte-Louis-Antoine de Surirey, âgé de quarante trois ans, né à Mettet la quatre juillet mil-sept-cent-soixante-dix-sept, profession de Maire, demeurant à Louvergny, veuf d'Elizabeth-Hyacinthe-Catherine de Muy de Sons, décédée à Charleville, le douze mai dernier, comme il est constaté par l'acte de décès délivré par le Maire de Charleville, le sept du présent mois, majeur, fils de défunt Sr Pierre-Louis de Surirey de Saint Remy, ancien lieutenant colonel et chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint Louis, décédé à Paris, le vingt-six juin mil-sept-cent-quatre-vingt-dix, ainsi qu'il résulte de l'acte de décès délivré par le secrétaire général de la préfecture du département de la Seine, le treize juillet du présent mois et de défunte dame Marie-Antoinette-Alexis de Cœur, son épouse en légitime mariage, décédée à Mettet, ancien département de Sambre et Meuse, le premier brumaire an onze, ainsi qu'il comte par l'acte de décès délivré par la maÿeur de Mettet, le dix juin dernier.


Et Delle Marie-Thérèse-Ferdinand de Wacquant, âgée de vingt-cinq ans, née au Chesne, le quinze floréal an troisième, fille majeure du sieur Philippe-Alexandre de Wacquant, ancien chef d'escadron au service d'Autriche, décédé au dit Le Chesne, le quinze prairial an neuvième, et de Dame Marie-Françoise-Louise de Gruthus, sa mère en légitime mariage, demeurant au dit Le Chesne, ici présente et consente, lesquels nous ont requis de procéder à la célébration du mariage projetté entre eux et dont les publications ont été faites devant les principales portes des églises de Louvergny et du Chesne, savoir, la première le second dimanche du mois de juillet, et la seconde le troisième dimanche du même mois, à l'heure de midi; aucune opposition au dit mariage ne nous ayant été signifiée, faisant droit à leur réquisition, après avoir donné lecture de toutes les pièces ci-dessus mentionnées et du chapitre six du Code civil intitulé du mariage, avons demandé au futur époux et à la future épouse s'ils voulaient se prendre pour mari et pour femme, chacun d'eux ayant répondu séparément et affirmativement, déclarons, au nom de la loi, que Sieur Hippolyte-Louis-Antoine de Surirey et Demoiselle Marie-Thérèse-Ferdinand de Wacquant sont unis par le mariage.


De quoi avons dressé acte en présence de Jean-Pierre Bertrand, capitaine en retraite et chevalier de l'ordre royal de la légion d'honneur, âgé de trente-neuf ans, demeurant à Louvergny, ami du futur époux, d'Alexandre-Augustin-Louis-Guislain de Surirey, âgé de quarante ans, demeurant à Verrières-sur-Bar, frère puîné du futur époux, de Charles de Pouilly, âgé de quarante-cinq ans, beau-frère de la future, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint Louis et propriétaire demeurant au Chesne, et de Nicolas-Ferdinand de Colnet, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint Louis, et juge de paix du canton du Chesne, âgé de cinquante-deux ans, demeurant aux Petites Armoises, ami de la future épouse, lesquels après qu'il leur en a été donné lecture, l'ont signé avec nous et les parties contractantes.


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×