Inventaire après décès de Marie Louise DUMEYNET

Archives nationales Y 13 979

Du 23 9bre 1787
Scellé après le décès de la dame veuve de
M. de SURIREY de St REMY
Receveur général des finances du Dauphiné
Rue des Lyons St Paul


L’an mil sept-cent-quatre-vingt-sept,, le vendredy vingt-trois novembre, sur les dix heures du matin, nous Louis Joron, conseiller du roi, commissaire au Châtelet de Paris ayant été requis, nous sommes transportés rue des Lyons St Paul, en une maison numérotée 5 dont madame de Surirey cy-après nommée était locataire en partie, et, ayant été introduit en un sallon au premier étage ayant vue sur la dite rue, et où étant est comparu pardevant nous Messire Pierre Louis de Surirey de St remy, chevalier, lieutenant-colonel, chevalier de l’ordre royal et militaire de St louis, demeurant ordinairement en sa terre de Mettet, pays de Liège, près Philippeville, étant de présent à Paris logé maison où nous sommes, habile à se dire et porter héritier pour un tiers de deffunte dame Marie Louise DUMEYNET, veuve de messire Louis Michel de Surirey de St Remy receveur général des finances du Dauphiné, lequel nous a dit que la dite dame de Surirey de St Remy est décédée hier sur les six heures du soir dans sa chambre à coucher attenante le sallon où nous sommes, après avoir reçu les sacrements de l’Eglise, que comme les autres presomptifs héritiers de la dite dame sont absens, le dit Sr comparant a requis notre transport dans le dit appartement où nous sommes, à l’effet d’y apposer nos scellés sur les coffres, comodes et armoires et autres endroits où ils seront nécessaires et d’y faire une description sommaire de tous les meubles meublants et autres effets mobiliers qui s’y trouveront en évidence, le tout à la conservation des droits du dit Sr de Surirey de St Remy, de ceux des autres présomptifs héritiers et de tous autres qu’il appartiendra, faisant élection de domicile en la dite maison où nous sommes, et a signé.
                            De Surirey
Sur quoy nous commissaire susdit avons donné acte audit sieur chevalier de Surirey de St Remy de ses comparutions, des réquisitions cy dessus. En conséquence, après nous être apparu d’un corps mort étendu sur un lit dans la chambre à coucher ensuite dudit sallon où nous sommes et ayant même vu que l’on nous a dit être celui de la dite dame de Surirey, nous avons pris et reçu le serment de :
Antoinette Maurestin, fille majeure, femme de chambre,
Joseph Poirire, premier laquais, de ______
Louis Charbonel, cuisinier, et _____
Nicolas Grenier, cocher _______
tous au service de la dite feue dame de Surirey de St Remy, de n’avoir rien détourné …de la succession…et de nous représenter tout ce qui est à leur connaissance…


Après quoy, avons procédé à l’apposition de nos scellés…
[dans la chambre à coucher]
Premièrement..sur un secrétaire à cylindre et à armoire par bas…
Item,…sur une armoire à gauche de la cheminée, pratiquée dans le mur, dans la dite chambre à coucher…
Item,…sur deux armoires à côté l’une del’autre, à droite de la cheminée…
Item,…sur une commode à dessus de marbre à deux grands et trois petits tiroirs…
Suit l’évidence dans la chambre à coucher :
Item, une grille de feu en deux parties, pelle, pincette et tenaille garnis d’ornemens de cuivre en couleur, une grande glace de cheminée en deux parties sur son parquet et dans sa bordure de bois doré, deux bras de cheminée à deux branches chacun, de cuivre doré, une grande glace en deux parties sur son parquet et dans sa bordure de bois doré, une petite pendule faitte par Julien Le Roy dans sa boëte de marqueterie avec ornemens de cuivre doré, une petite chifonière dans le tiroir de laquelle il ne s’et rien trouvé, quatre tableaux dans leur bordure de bois doré, cinq portraits de famille dans leur bordure ronde de bois doré, huit estampes représentant différents sujets, dans leurs différentes bordures, un reliquaire en croix, deux autres reliquaires, un tableau dessus de porte représentant paysage, un fauteuil en confessionnal couvert de velours d’Utrecht cramoisi, un fauteuil couvert de tapisserie, un autre fauteuil en cabriolet couvert de velours d’Utrecht.
Item, une couchette à la polonaise garnie d’un sommier de crin, de deux matelas couverts de fretaine, lit, oreiller et traversin remplis de plume, une couverture de satin piqué et deux couvre-pieds d’étoffe de soye, le lit de moire cramoisi et la tenture de la dite chambre à coucher de dams cramoisi, un baromètre, un petit fauteuil avec le siège couvert d’étoffe de soye, le tout garni d’une housse de toille, un fauteuil et deux chaises foncées de paille, une cave de marbre pour le tabac, un vase à fleurs de porcelaine, avec deux chiens de fayance sous verre, une cave en bois tournée fermée et dans laquelle il nous a été déclaré qu’il y avait des flacons garnis d’argent.

Dans le cabinet de toilette de la ditte
Dame, étant ensuite.
Item, une commode à dessus de marbre à deux grands et deux petits tiroirs, dans lesquels il ne s’est trouvé que des chiffons ne meritans description, une chaise de nuit avec seau de fayance, une table de nuit, une table de toilette garnie d’un miroir ceintré et de deux petits coffres de toilette, deux encoignures de bois peints en vert, vuides, une petite chifonière à six tiroirs dans lesquels il ne s’est trouvé que des chiffons, une couchette composée d’un sommier de crin, deux matelas de laine couverts de toile à carreaux, une couverture d’indienne, un traversin de coutil rempli de plume le lit en baldaquin et les rideaux de siamoise bleu et blanc, quatre estampes sous verre blanc dans leur différentes bordures, deux rideaux de fenêtre de toille blanche.

Dans la salle à manger, ensuite :
Item, une pendule dans sa boëte et sur son pied de marqueterie avec ornemens de cuivre, douze chaises couvertes de tapisserie, une petite table en forme de cabaret sur ses quatre pieds, six estampes representant différents sujets sous verre blanc, une table à manger, un petit fauteuil et son coussin d’enfant, une lanterne de fer blanc, et un poële de fayance.
Dans une petite armoire à côté de la croisée de la dite salle à manger, item, douze tasses à caffé, douze soucoupes et u sucrier, le tout deprocelaine.
Dans une autre armoire, à côté du poële et à gauche d’iceluy, item, six douzaines d’assiettes de fayance, trois compotiers de porcelaine, dix-huit assiettes aussy de procelaine et trois sucriers aussy de procelaine.
Dans une autre armoire, à droite du poële, item, dix-sept plats dont douze ronds et cinq longs, deux assiettes, une écuelle couverte, une saucière, deux soupières, deux compotiers, deux casserolles, deux caffetières, deux cullières à potage, une à olives, une autre à sucre, huit cuillers à ragoût dont quatre à filets, trois douzaines de couverts dont douze à filets, six attelets, un tiremaïle, un huillier garni de ses bouchons, une pince pour les asperges, le tout d’argent, dix-huit couteaux estampés, douze cuillères à caffé dont six à filets, quatre flambeaux et un bougeoir aussy d’argent.

Dans le sallon ayant vue sur la rue.
Item, nous avons apposé nos scellés…sur une commode à deux grands et deux petits tiroirs et à dessus de marbre…
Item,…sur une armoire pratiquée dans le mur à droite de la cheminée…
Item,… sur une armoire pratiquée à gauche de la cheminée…
Suit l’évidence dans le dit sallon
Item, une grille de feu en deux parties avec ornemens de cuivre en couleur, pelle, pincette et tenaille, une glace de cheminée en deux parties dans sa bordure de bois doré, deux bras de cheminée à deux branches chacun aussy de cuivre doré, un petit vase à fleurs de porcelaine sous verre et deux petites figures en biscuit aussi sous verre, six grands fauteuils couverts de damas et point de tapisserie, une petite chifonière ne contenant que des effets ne méritant description, deux fauteuils couverts de velours d’Utrecht, une autre petite table à travailler sans tiroir, un écran garni d’étoffe de soye, la tenture dudit sallon de tapisserie, quatre rideaux de fenêtre de mousseline et une table de jeu.

Dans l’antichambre
Un buffet à dessus de marbre et différentes poteries ne méritant description

Dans l’antichambre de l’appartement sur le derrière
Trois tableaux dans leur bordures de bois doré, deux surtout garnis de leurs cristaux, un écran de tapisserie, une garde-robe à dessus de marbre et à cinq tiroirs sur lesquels nous n’avons apposé aucun scellé, attendu que ce qui y est renfermé est à l’usage du dit sieur chevalier de St Remy, une armoire à deux battants dans laquelle il s’est trouvé six nappes ouvrées, quatre autres nappes et quatre autres plus petites, douze douzaines de serviettes, douze paires de draps de maître, vingt paires de draps de domestiques et deux rideaux de mousseline, et trois tableaux repésentans différens sujets.

Dans une chambre appelée le garde-meuble
Item, nous avons apposé nos scellés... sur une armoire de bois peinte en jaune…sur une autre armoire de bois…
Suit l’évidence
Item,une galce en deux parties sur son parquet et dans sa bordure de bois doré avec tableau au-dessus, un paravent en soye de dix feuilles, un autre de cinq feuilles couvert d’étoffe des Indes, un écran sur son pied doré, sept fauteuils couverts de tapisserie, une commode à trois grands tiroirs vuides
Item, une couchette à bas pilliers garnie d’un sommier de crin, deux matelas de laine de toille à carreaux, lit, oreiller et traversin de coutil rempli de plumes, une courte-pointe de soye, le ciel dudit lit d’étoffe de soye et les rideaux de serge, un lit de sangles, deux rideaux de fenêtre de soye, la tenture de la dite chambre de damas d’Abbeville, une table de nuit.

Dans une autre chambre ensuite, dans laquelle couche Mr de Surirey
Item, une grille de fer en deux parties, pelle et pincette, une glace de cheminée en deux parties avec tableau au dessus dans son parquet et dans sa bordure de bois doré, une commode à deux grands et deux petits tiroirs, une table de toilette avec son miroir, un secrétaire à tombeau, un u miroir quarré dans sa bordure de bois doré, trois tableaux dans leur bordure de bois doré, un autre tableau dessus de porte, un grand fauteuil couvert de tapisserie, six chaises couvertes de moquete, deux autres couvertes de tapisserie.
Item, une couchette garnie d’un sommier de crin, deux matelas couverts de toille à carreaux, lit, oreiller et traversin de coutil rempli de plumes, deux couvertures de laine blanche, une courte-pointe d’étoffe de soye, le lit en impérial d’étoffe de soye jonquille et les rideaux de camelot
Item, une autre petite couchette garnie d’un sommier, deux petits matelas de laine, deux couvertures dont une de laine et l’autre de coton, le baldaquin et les rideaux de siamoise, et une table de nuit, et une à écrire, sur ses quatre pieds.

Dans la chambre dudit Lajeunesse premier laquais
Item, une petite couchette garnie d’une pailasse, deux matelas couverts de toille à carreaux, deux couvertures dont une de laine et une de coton, un traversin de coutil rempli de plumes, un petit pavillon de toille d’indienne, une petite commode à deux grands et deux petits tiroirs, et deux chaises de paille.

Dans la chambre du second laquais, à côté
Item, une petite couchette garnie d’une paillasse, deux matelas couverts de toille à carreaux, deux couvertures, un baldaquin de toile à carreaux, une petite table sur ses quatre pieds et une chaise.

Dans la chambre du cocher
Item, une couchette garnie d’une pailasse, deux matelas, deux couvertures, un traversin, une table, deux tables à jouer, un pavilon de toille à carreaux, deux fauteuils de tapisserie et une tapisserie verdure, et une pelle de fer, et douze morceaux de coutil à carreaux.

Dans la cuisine
Item, deux chenets, deux crémaillères, pelle, pincette, un tourne-broche, deux broches, quatre poëles, trois che…ttes, deux couperets, deux hachoirs, le tout de fer
Item, deux fontaines, douze casserolles rondes et à queue, une grande casserolle ronde, trois couvercles de casserolles, trois tourtières, deux marmittes, deux poissonnières, deux chaudrons, une poële à confiture, trois poëlons, deux bassinoires, une daubière, deux cuillères à pot, deux cuillères à dégraisser, deux écumoires, une passoire, sept flambeaux, le tout de cuivre, une fontaine d’étain, deux tables de cuisine, un four de campagne, et différentes poteries et différents ustensiles de cuisine ne méritant description, trois douzaines d’assiettes de fayence, deux soupières et trois plats de fayence

Dans un passage à côté de la cuisine
Item,une armoire grillée, une table au banc et quatre chaises de paile et un grand buffet de bois

Dans l’écurie et sous la remise
Item, deux chevaux de carosse avec leurs harnais, une berline avec ses coussins

Dans les caves
Item, cent vingt bouteilles de vin de Mâcon, quinze bouteilles de vin de Malaga rouge, dix bouteilles de vin du Cap Corse et environ quatre voyes de bois à brûler et deux voyes de bois de poële

Déclare la dite Dlle Morestin qu’il y a du linge à la lessive, dont elle fera la présentation lors de l’inventaire.

Ce fait, et ne s’étant plus rien trouvé à sceller ni à décrire dans les dits lieux où nous sommes et que l’on nous a dit être les seuls occupés par ladite feue dame de St Remy, nos dits scellés ont été par nous laissés… en la garde.. dudit Poirier dit Lajeunesse et de la dite dlle Morestin.


Et le mardy dix-huit décembre audit an mil sept cent quatre-vingt sept, sur les neuf heures du matin, en notre hôtel et par devant nous commissaire susdit est comparu Maître Jean-Baptiste Creton, procureur au Châtelet de Paris, y demeurant rue Bourtibourg, paroisse St Paul au nom et comme procureur de M. Louis Auguste Le Gras, écuyer, conseiller secrétaire du roy maison couronne de France et de ses finances, payeur des rentes de l’hôtel de ville de Paris, au nom et comme exécuteur du testament e ordonnance de dernière volonté de dame Marie Louise Dumeynet, veuve de Messire Louis Michel de Surirey de St Remy, ancien receveur général des finances du Dauphiné, écuyer de main de Madame Adélaïde de France, ledit testament par elle fait olographe le vingt-quatre mars mil sept cent quatre-vingt sept, contrôlé et vu au greffe des insinuations le vingt quatre novembre dernier et déposé pour minutte à Me Fourcault de Pavant, notaire à Paris, au désir et de l’ordonnance de monsieur le lieutenant civil du Châtelet en date du vingt-trois dudit mois de novembre.
Lequel… a apporté -une requête présentée à M. le lieutenant civil… par ledit Sr Legras..[demandant à]… faire procéder à la levée des scellés…et …à l’inventaire, description et prisée de ce qui se trouvera sous iceux et en évidence ; au bas de laquelle[requête] est l’ordonnance de M. le lieutenant civil … en date du jourd’hier portant permission de faire lever les dits scellés…Pour l’exécution de laquelle [ordonnance du lieutenant civil], ledit Me Creton…[requiert fixation de jour et heure pour levée des scellés et inventaire]
Sur quoy nous…avons donné acte au dit Me Creton…
En conséquence, disons que nous nous transporterons demain mercredy dix-neuf du présent mois trois heures de relevée en l’appartement qu’occupait et dans lequel est décédée la ditte dame de Surirey de St Remy, sis rue des Lyons St Paul n°5, aux fins cy dessus.

1ère 2e vacations.
Et le mercredy dix-neuf… nous… nous sommes transportés susdite rue des Lyons St Paul en une maison numérotée cinq dont est principal locataire M. de Fougerou*, et ayant été introduit en un sallon au premier étage ayan vue sur ladite rue.

Est comparu Louis Auguste Legras, écuyer…payeur des rentes de l’hôtel de ville de Paris, y demeurant, rue du Temple paroisse St Nicolas des Champs, au nom et comme exécuteur du testament…de dame Marie Louise Dumeynet veuve de messire Michel de Surirey de St Remy, ancien receveur général des finances du Dauphiné, écuyer de main de Madame Adélaïde de France, major des gardes du corps de son altesse électorale monsieur le cardinal évêque et prince de Liège, le dit testament par elle fait olographe…[comme ci dessus, requête de Creton]…ainsy qu’il nous est apparu par une expédition dudit testament à nous représentée par ledit Sr Legras délivrée par ledit Me Fourcault et que nous avons à l’instant rendue audit Sr Legras, assisté dudit Me Creton, procureur audit Châtelet.
Lequel nous a requis et a consenti qu’il soit [procédé à la levée des scellés puis à l’inventaire description et prisée des « meubles meublants, effets mobiliers, titres, papiers, renseignements, argenterie, bijoux et deniers comtants… ;] nommant pour faire le dit inventaire Me René François Fourcault de Pavant, conseiller du roy, notaire audit Châtelet et son confrère huissier-priseur, commissaire aux ventes au Châtelet de Paris, y demeurant, rue des Ecouffes, paroisse St Gervais…
Sont aussi comparus pardevant nous :
Messire Pierre Louis de Surirey de St Remy, chevalier, lieutenant-colonel des Grenadiers de France et chevalier de l’ordre royal et militaire de St Louis, demeurant ordinairement en sa terre de Mettet…
Sr Alexandre Jacques Brion, bourgeois de Paris, y demeurant rue Ste Croix de la Bretonnerie, paroisse St Merry, au nom et comme fondé de la procuration spéciale de dame Madelaine Hilaire Louise de Surirey veuve de Messire Jean Charles Gabriel Cantineau de Commacre, chevalier, seigneur comte de Commacre, lieutenant de noseigneursles maréchaux de France, demeurant en la ville de Tours, la ditte procuration pardevant Me Hubert et Gervaise, conseillers du roy notaires à Tours le vingt-six novembre dernier, dont l’original, controllé à Tours le même jour  par de la Guérinière et duement légalisée est demeuré annexé à la minute de l’intitulé de l’inventaire auquel on procède atuellement.
Et messire Jean Toussaint de la Pierre de Fremeur, chevalier, marquis de Fremeur, seigneur de Kermadio, Rosnerho et autres lieux, maréchal des camps et armées du roy, demeurant à Paris rue des Francs Bourgeois, paroisse St Gervais, au nom et comme tuteur de messire Armand Louis de la Pierre de Fremeur, officier aux gardes françaises, son fils mineur, et de deffunte dame Marie Louise de Surirey de St Remy son épouse, élu à la ditte qualité par sentence homologative de l’avis des parents et amis du dit Sr de Fremeur mineur rendue par M ; le lieutenant civil au Châtelet de Paris le dix avril mil sept cent soixante neuf, laquelle charge le dit Sr Mis de Fremeur a acceptée par acte du mêmejour étnat ensuite de la dite sentence dont la minute est au registre de Me Moreau greffier de la chambre civile dudit Châtelet ;

- ledit Sr de Surirey de St Remy, ladite dame Ctesse de Commacre de leur chef, et ledit Sr de Fremeur mineur par représentation de laditte dame sa mère, habiles à se dire et porter héritiers chacun pour un tiers de la dtte dame de Surirey leur mère et ayeulle.
- Plus : ledit Sr de Surirey héritier institué contractuel pour moitié de la dite dame sa mère aux termes de son contrat de mariage passé devant Destré notaire et commissaire en la ville de Fause**, pays et diocèse de Liège, en présence de témoins, le treize décembre mil sept cent soixante quatre, et aussy créancier de la succession de ladite dame sa mère, et ledit Sr de Fremeur mineur comme représentant de la dite dame marquise de Fremeur sa mère héritier contractuel pour l’autre moitié de la ditte dame de Surirey son ayeulle aux termes du contrat de mariage de la ditte dame Mise de Fremeur avec ledit Sr de Fremeur son mari passé devant Me Duval, auquel m’est resté minutte, et son confrèe, notaires à Paris le vingt-huit juin mil-sept-cent-soixante-cinq.

* Le nom a été rajouté après coup et « principal locataire » est douteux : il y a rature et surcharge ; aux folios 5, 7 et 9, il est dit « maison appartenante à M. de Fougerou ».
** Fosse.



Lesquels [ont pareillement demandé levée des scellés, inventaire description et prisée]…
sans néanmoins aucune approbation préjudiciable du dit testament de la ditte dame de S. de la part des dits Srs de S. de St R., Mis de F. et Brion audits noms, contre lequel ils font toutes réserves de droit ;- et encore sans, de la part du Sr Brion audit nom, pour la dite dame de Commacre, aucune approbation préjudiciable des institutions contractuelles portées aux contrats de mariage du dit Sr de S. de St R. et de ladite dame Mise de F., contre lesquelles il fait toutes réserves de droit, les déffenses au contraire de la part du dit Sr de St Remy et du dit Sr Mis de Fremeur audit nom…
et par ledit Sr Legras, en sa ditte qualité d’exécuteur testamentaire, a été fait toutes deffenses contre les réserves cy-dessus faittes au sujet du dit testament…
sont aussy comparu [les gardiens des scellés, qui ont offert de les représenter]…
sur quoy nous commissaire susdit avons donné acte… en conséquence, disons qu’il va être [procédé à la levée des scellés et aux inventaire, description et prisée]…
Il a été vacqué jusqu’à six heures sonnées tant à recevoir les comparutions et dires des dites parties qu’à rédiger par le dit Me Fourcault de Pavant et son confrère, notaires, l’intitulé dudit inventaire ; et comme les officiers étaient sur le point de se retirer, les parties les ont requis de procéder à la continuation des dites opérations par double vacation pour accélérer…
Obtempérant auquel réquisitoire, disons qu’il sera procédé aux dites opérations par double vacation et avons signé.

[l’inventaire commence alors par : la cave, l’écurie, la remise, la cuisine, « ainsy qu’il se voit par ledit inventaire » dressé par le notaire Fourcault de Pavant. La vacation dure jusqu’à neuf heures sonnées. La suite est remise au lendemain jeudi 20, 8 heures du matin.]
3.4.
[le jeudi 20 déc. de 8h du matin à 2h sonnées, 3e et 4e vacations inventaire de l’antichambre, la salle à manger, le sallon, la chambre à coucher de la defunte et un cabinet de toilette à côté, la chambre à coucher de M. le chevalier de Surirey.]
5.6.
[le même jour, de 3h de relevée à 9h sonnées, 5° et 6° vacations : suite de l’inventaire : armoire à dr. de la cheminée du salon, porcelaine dans une armoire de la salle à manger, commode dans le salon, armoires à dr. et à g. de la cheminée de la chambre à coucher. Ds celle de g., il s’est trouvé quelques titres et papiers : elle a été refrmée et remise sous scellés. Suite de l’inventaire ds la même chambre, autre armoire à dr. de la cheminée, près de la porte du cabinet de toilette.]
7.8.
[le vendredi 21, de 8hdu matin à 2h sonnées, 7e et 8e vacations : suite de l’inventaire : armoire à g. de la cheminée du salon (arrangement et examen des livres qui s’y sont trouvés par Jacques François Merigot l’aîné, libraire à Paris, Boulevard St Martin, vis à vis l’opéra, puis inventaire description et prisée desdits livres par les notaires « de l’avis dudit Sr Merigot ainsy qu’il se voit par ledit inventaire »), deux armoires du garde-meuble, secrétaire de la chambre à coucher (bijoux). Il s’est en outre trouvé dans le secrétaire des papiers et des deniers comptants ; il a donc té remis sous scellés.]
9.10.
[Le même jour, de 3h à 9h, 9e et 1àe vacations : suite de l’inventaire : description, estimation et prisée de l’argenterie, pesée par Nicolas François Mignot, Me orfèvre à Paris.]
11 .12.
[Le samedi 22, de 3h à 9h, 11e et 12e vacations : suite de l’inventaire : titres et papiers et deniers comptants (3591 l., 18s., 6d.)*  retirés du secrétaire.]
13.14.
[Le lundi 24, de 3h à 9h, 13e et 14e vacation : suite de l’inventaire : titres et papiers retirés du secrétaire et de l’armoire pratiquée à droite de la cheminée de la chambre sont placés sur ne table dans le salon, où il est procédé à « l’examen et l’arrangement de partie d’iceux. »]
15.16.
[Vendredi 2_ déc., de 3h à 9h, 15e et 16e vacations : suite de l’inventaire : inventaire de partie des papiers.]
17.18.
[Samedi 29, de 3 à 9, 17e et 18e vacations : suite de l’inventaire des titres et papiers.]
19e 20e et dernière vacations
[Lundy 31 déc., 3h de relevée à 9h : fin de l’inventaire des titres et papiers.
Total des cotes inventoriées : 44 ; ces pièces sont remises au sr Legras, exécuteur testamentaire (sauf les n° 26 et 27, contrat de mariage de M. de Surirey et du mis de Fremeur, par eux représentés pour être compris en l’inventaire, puis à eux remis par Me Fourcault de Pavant).
Legras demeure aussi dépositaire de l’argenterie et des deniers comptants.
Tout le reste demeure en la garde de Poirier et de la Dlle Morestin.]

*  Au milieu du XVIII° on estime qu’une famille peut vivre une année entière, bien modestement, avec 200 livres. Avec 1 000 livres, on vit "honorablement", avec 2 000 livres, on atteint le niveau de la bourgeoisie aisée. Dans le Paris de 1783 : un gobelet de café vaut 2 sous (20 sous font 1 livre) dans la rue, 5 sous chez le limonadier.

Il sera incessamment procédé par ledit Me Boivin, huissier priseur, à la vente des meubles meublants, effets mobiliers et bijoux de la dite succession, et sur le produit d’icelle il demeure autorisé à payer
1°) les honoraires à nous dus à cause de l’apposition, reconnaissance et levée de nos dits scellés, et ceux des officiers qui y ont assisté ;
2°) ceux dus audit Me Fourcault de Pavant, notaire, à cause dudit inventaire et autres y relatifs ;
3°) et les frais de garde de nosdits scellés dus aux dits Poirier et Dlle Morestin gardiens d’iceux et que nous avons taxé du consentement des parties à raison de trente sols par jour pour chacun d’eux à compter du vingt-trois novembre dernier jusque et compris le jour de la closture de la vente, en faisant par le dit Me Boivin tous les dits payments il en sera et demeurera bien et vallablement quitte et déchargé.

[Poirier et la Dlle Morestin sont déchargés des scellés qui ont tous été levé ; le commissaire est déchargé des clefs dont il était dépositaire.]

et ont les dites parties signé avec ledit Me Creton, sous les réserves, protestations et deffenses cy-devant faittes par les dites parties, et qu’elles réitèrent. Lesdits Poirier et demiselle Morestin ont aussy signé avec nous commissaire.

             Legras
              Creton             Surirey de St Remy
                De la Pierre de Fremeur
                   Brion       Poirier            Morestin           Joron

Reçu de Mr le commissaire Joron quatre-vingt-huit-livres deux sols pour requête et apport et mes vacations au scellé cy-dessus bourse commune déduite. Dont quittance, à Paris, ce 1- janvier 1788.
             Creton
Reçu de Monsieur Joron vingt livres pour la bourse commune ce 3 may 1788
             De Bourge

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×