Testament de Pierre Louis de Surirey de Saint Remy

ARCHIVES NATIONALES C XII 815 B

Testament de Pierre Louis de SURIREY de SAINT REMY et de son épouse (orthographe, ponctuation et absence de majuscules conformes au texte original)

In nomine Domini amen

Nous les époux soussignés, usant de la forme de testament reçue en ce pays de Liège, déclarons d’instituer pour héritiers de tous nos biens, meubles et immeubles,nos trois enfants également, sauf cependant que notre fille Alexandrine devra rapporter en part la somme de dix huit mille livres au cours de France employée à son établissement de chanoinesse au châpitre de Joursey en forêt, et qu’Hÿpolite notre fils aîné jouira hors part de la seigneurie de Scry si elle lui revient de droit et de la somme de neuf mille cinq cent livres au cours de France à lui donnée par contrat par sa tante Philippe isabelle de Cœur de Scry, et que chaque des trois enfants jouiront hors part des dons éventuels qui peuvent leurs être faits ; le tout néanmoins sous réserve de l’usufruit dont jouira l’époux survivant, et dans le cas malheureux que nos dits trois enfants viendraient à mourir sans hoir avant ce dernier, nous entendons que le mesme époux survivant prenne sur les biens de son conjoint premier mort une somme de vingt cinq mille livres conformément à la disposition de notre contrat de mariage ; voir que le présent testament ne pourra être révoqué ni changé  en tout ni en partie que d’un consentement réciproque, révoquant par le présent tout autre testament conjonctif que nous avons fait cy devant, et notamment celui passé devant le sieur Bodart en qualité de notaire et mayeur de Scry.
fait à Mettet ce cinq septembre mil sept cent quatre vingt neuf

signé : P.L. de Surirey de St Remy Lt colonel chr de St Louis
            M.A. De Cœur De Surirey

Annotation en pied de page :
Consigné à paris le 28 juin 1790 Reçu cent cinquante livres et vu pour la Réserve des droits (mot illisible) et pour la réserve  pour le porteur de réclamer (mot illisible) part pour la dame de Surirey attendu  qu’elle est existante

Annotation en marge et en travers :
 signé et paraphé au début de notre procès-verbal de ce jour d’huy vingt sept juin mil sept cent quatre vingt dix
Signé : Bouchier d’Argis

N.B. : Pierre Louis est décédé le 26 juin 1790

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×